Leon De Smet, Louise, 1916, MSK Gent

Pour la première fois depuis 2017, tout le bâtiment du musée redevient un terrain de jeu pour notre propre collection. Dans la nouvelle présentation, entièrement revue, nous exposons la collection dans toute sa diversité, à travers non moins de 40 salles. Le visiteur y découvre de nouveaux thèmes, des salles monographiques et des dizaines d’œuvres jamais encore montrées au public, dans un parcours aussi passionnant que surprenant.

Lire plus

L’art sous toutes ses formes
Le MSK est surtout connu pour ses chefs-d’œuvre de la peinture du xive au xxe siècle, avec parmi les artistes préférés du public des noms comme Jérôme Bosch, Pierre Paul Rubens, James Ensor, Émile Claus ou encore René Magritte. Mais il recèle encore bien d’autres richesses. Dans le musée réaménagé, cette diversité est enfin mise en avant à travers la sculpture, l’art sur papier et d’autres curiosités telles que des études préliminaires et du matériel d’atelier.

Des objets religieux viennent compléter l’art médiéval, des dessins préparatoires laissent voir la main du peintre et du sculpteur. Quelques tableaux sont présentés détachés des murs, de sorte qu’il est pour la première fois possible d’admirer leur revers peint. Nous mettons aussi face à face des artistes d’avant-garde et des artistes plus académiques, tandis que des revues d’art font découvrir au visiteur toute la modernité des années folles.

© Martin Corlazzoli
© Martin Corlazzoli

Nouveaux thèmes et nouveaux récits
Les œuvres d’art entrent désormais plus intensément en dialogue les unes avec les autres et avec le visiteur. Le parcours chronologique est en outre régulièrement interrompu par de nouvelles salles thématiques. Celles-ci invitent le visiteur à une réflexion par-delà les siècles : sur l’image de la femme au cours de 250 ans d’art. Sur la richesse et la pauvreté, sur le rapport entre ville et campagne, ou encore sur la manière dont les gens s’immortalisent, eux et leurs proches, dans un portrait.

L’être humain dans son existence quotidienne court ainsi comme un fil rouge à travers ces salles thématiques. Le musée montre ainsi combien chaque œuvre d’art est dépositaire de nombreuses histoires : celle de l’artiste qui l’a réalisée, de la société dans laquelle elle a vu le jour, mais aussi celle que le spectateur lui-même y lit. Les questions auxquelles les gens d’hier ont tenté de répondre à travers l’art ne sont guère différentes de celles d’aujourd’hui. Et lorsque nous observons leurs créations, nous ne pouvons nous empêcher d’ajouter notre propre regard au leur, notre propre histoire à la leur.

Nouveaux ensembles
Nombreux sont les nouveaux ensembles qui jettent un éclairage différent sur la collection gantoise. Nous plongeons ainsi, à travers des dessins, des gravures et d’autres médias, dans les carrières de James Ensor, Odilon Redon et Félicien Rops, tandis que des artistes majeurs comme Jean Brusselmans, Raoul De Keyser, Constant Permeke et Frans Masereel obtiennent enfin l’espace qu’ils méritent au même titre que des artistes incontournables comme George Minne et Théo Van Rysselberghe.

Des prêts temporaires viennent de surcroît renforcer l’histoire qui est racontée au fil des 40 salles. Nous collaborons à cet effet avec le Musée royal des Beaux-Arts d’Anvers (KMSK Antwerpen), les Musées de la ville de Bruges (Stedelijke Musea Brugge), le Musée des Sciences naturelles et le Musée d’Art et d’Histoire de Bruxelles, le Musée du Design de Gand, le STAM de Gand, le Musée de l’université de Gand (GUM) et la Bibliothèque universitaire de Gand, les Musées de la ville de Courtrai (Stedelijke Musea Kortrijk) et la Phoebus Foundation.

Salle E : le public au cœur du musée
La « salle E » est un tout nouvel espace d’expression, d’émotion, d’éducation et d’expérimentation. La salle accueillera désormais des présentations temporaires, des débats et des ateliers, où les visiteurs et les partenaires du musée feront entendre leur voix. Bref, nous plaçons le public littéralement au cœur du musée. Surtout, n’hésitez pas à nous faire part de vos impressions à propos de cette nouvelle salle. Dites-nous ce qui fonctionne, ce qui ne fonctionne pas, et ce que vous voudriez voir ou faire ici à l’avenir.