Gabriel (detail) - Sint-Baafskathedraal Gent © www.lukasweb.be – Art in Flanders vzw, Dominique Provost (2).jpg

Seule une vingtaine d’œuvres du Maître flamand Van Eyck sont conservées de par le monde. Tout à fait exceptionnellement, au moins la moitié d’entre elles feront le voyage jusqu’à Gand en 2020, pour l’exposition « Van Eyck. Une Révolution optique » au Musée des Beaux-Arts de Gand (MSK Gent). Un évènement incontournable, véritable tour de force qui rendra l’univers de Van Eyck et son regard révolutionnaire plus tangibles que jamais.

Lire plus

L’exposition s’articule autour des volets extérieurs restaurés de «L’Adoration de l’Agneau mystique» et d’autres œuvres de Van Eyck.
Pour que la révolution optique de Van Eyck soit clairement perceptible, ses tableaux seront installés à côté d’œuvres de ses contemporains les plus talentueux originaires d’Allemagne, d’Espagne, de France, et d’Italie. « Van Eyck. Une Révolution optique » sera une expérience unique à vivre au cours de l’année 2020 que Gand consacre à Van Eyck.

Entre cour et ville
Jan van Eyck fut peintre à la cour du duc de Bourgogne Philippe le Bon (1396-1467). Le duc et sa cour fastueuse s’entouraient des meilleurs artistes. À la même époque, les villes flamandes de Gand et de Bruges prospéraient grâce au commerce. Les riches marchands et hommes politiques prirent exemple sur le faste et la magnificence de la cour, devenant à leur tour amateurs de produits de luxe. Tel est l’environnement créatif, entre cour et ville, entre art et artisanat, dans lequel Jan van Eyck déploya son activité.

Van Eyck: le summum de l’art du bas Moyen Âge
Van Eyck surpassa ses contemporains, déclenchant une véritable révolution optique. Fort de son incomparable technique, de ses connaissances scientifiques et de son sens inégalé de l’observation, il éleva la peinture à l’huile vers des sommets jamais atteints et définit l’orientation ultérieure de la peinture occidentale. Jamais auparavant un peintre n’avait rendu la réalité aussi tangible, avec des portraits où il ne manque aux personnages que le souffle et des paysages qui présentent le monde sous toutes ses facettes. Van Eyck zoome sur les détails les plus infimes et, à l’inverse, élargit au maximum le champ visuel dans des panoramas inoubliables.

Jan van Eyck, L'homme au chaperon bleu, vers 1428-30 (Muzeu…
Jan van Eyck, L'homme au chaperon bleu, vers 1428-30 (Muzeul National Brukenthal, Sibiu, Romanie)

Tous ces éléments sont réunis dans son chef-d’œuvre « L’Adoration de l’Agneau mystique » (1432, cathédrale Saint-Bavon, Gand). L’exposition est centrée sur la restauration des volets extérieurs de « L’Adoration de l’Agneau mystique », exécutée par l’Institut royal du Patrimoine artistique (IRPA) et entamée en 2012 au MSK. Les visiteurs pourront admirer de tout près le résultat spectaculaire de ce travail.

En dialogue avec les contemporains de Van Eyck
Pour que la révolution de Van Eyck soit clairement perceptible, ses tableaux seront présentés à côté d’œuvres des peintres les plus talentueux de son époque, actifs en Allemagne, en France, en Italie et en Espagne. Eux aussi fréquentaient les plus hautes sphères et reçurent des commandes prestigieuses. L’exposition fait ressortir les points de convergence et de divergence entre ces artistes. Nous approfondirons ainsi le contexte historique dans lequel ces œuvres d’art ont vu le jour.

« Van Eyck. Une Révolution optique » démêle le vrai du faux à propos de l’artiste et inscrit sa technique, son œuvre et son influence dans une perspective nouvelle. L’exposition veut déclencher chez les visiteurs un émerveillement comparable à ce que les contemporains de Van Eyck ont dû ressentir en voyant pour la première fois son art : une expérience unique dans une vie.

Un coin du voile…
L’exposition en 2020 présente environ 80 œuvres de la fin du Moyen Âge. Peinture, art miniature, sculpture et dessins sont placés côte à côte pour faire revivre l’univers médiéval de Van Eyck. Pour cela, le MSK collabore étroitement avec des partenaires (inter)nationaux. Nous levons déjà un petit coin du voile ici, avec quelques emprunts accrocheurs. Gardez un œil sur le site pour plus d’actualités!

Jan van Eyck, Diptyque de l’Annonciation, vers 1433-35 (Mus…
Jan van Eyck, Diptyque de l’Annonciation, vers 1433-35 (Museo Nacional Thyssen-Bornemisza, Madrid)

Une année thématique et un centre des visiteurs
En 2020, Gand rend hommage à son grand Maître flamand. Avec l’année thématique « OMG! Van Eyck was here », la ville veut montrer qu’après six siècles, Van Eyck marque toujours la ville de son empreinte. L’héritage de Van Eyck est omniprésent dans la ville et fait partie de l’ADN des Gantois. Génération après génération, Van Eyck inspire de nouveaux peintres, qui seront mis en vedette avec beaucoup de fierté en 2020. Arts plastiques, théâtre, danse, design, mode, gastronomie, musique et même shopping baigneront dans l’atmosphère de Van Eyck et de son chef-d’œuvre virtuose. Venez à Gand. Van Eyck was here. And will be here to stay. Will you?

En juin 2020, un centre de visiteurs neuf ouvrira ses portes en plus dans la Cathédrale Saint-Bavon, où les panneaux restaurés de l’Agneau Mystique et différents autres trésors seront à admirer. A l’aide de lunettes de réalité virtuelle, les visiteurs pourront voyager dans le lointain passé.

Visit Flanders soutient à la fois l’exposition et le nouveau centre de visiteurs en tant que projet de levier dans le cadre du programme des Maîtres Flamands. Avec ce programme autour de Rubens, Bruegel et Van Eyck, Visit Flanders et ses partenaires souhaitent faire venir 3 millions de visiteurs en quête de valeur ajoutée culturelle en Flandre.

Cette exposition est le fruit d’une étroite collaboration avec la Ville de Gand, la Fabrique d'Eglise Cathédrale Saint-Bavon, Toerisme Vlaanderen, la Communauté flamande – Département Culture, Jeunesse et Médias, l’Unité d’enseignement et de recherche en Histoire de l’Art de l’UGent, l’Institut d’Études médiévales Henri Pirenne et l'Institut royal du Patrimoine artistique (KIK-IRPA).