Ga naar inhoud (Enter)
Recherches populaires

Gaspar de Crayer et Gand

Un lien indissociable

Exposition
30.06.18 – 20.01.19

S 014

En 2018, le Musée des Beaux-Arts de Gand (MSK) a prêté trois tableaux et une sélection de dessins du peintre Gaspar de Crayer (1584-1669) au Musée de Flandre à Cassel (FR). Ils y ont fait l'objet de l'exposition rétrospective "Entre Rubens et Van Dyck". Gaspar de Crayer, un peintre de cour' (30 juin - 4 novembre 2018), qui a fait un zoom sur l'œuvre de ce maître injustement oublié de l'art baroque. Pendant des siècles, De Crayer a été mentionné dans le même souffle que les grands maîtres Rubens et Van Dyck.

Le MSK a profité de l'occasion pour mettre le peintre lui-même sous les projecteurs et souligner son lien étroit avec Gand. Le MSK's Forum a accueilli la présentation de la collection "Inextricably linked. Gaspar de Crayer et Gand" présentait des œuvres trop grandes pour être transportées à Cassel. En même temps, la présentation est une invitation à voyager dans la ville. Après tout, vous pouvez encore trouver des œuvres de De Crayer dans plusieurs églises gantoises.

Entre Rubens et Van Dyck

Né à Anvers en 1584, Gaspar de Crayer grandit dans un univers artistique marqué par le trio Pierre Paul Rubens, Jacob Jordaens et Anthony van Dyck. Mais il n'est pas un imitateur servile de ces maîtres. Son talent de portraitiste, de peintre de grandes pièces religieuses et son sens de la composition l'ont rendu célèbre et, jusqu'au XXe siècle, il a souvent été mentionné dans le même souffle que Rubens et Van Dyck comme l'un des grands peintres baroques.

De Crayer à Bruxelles et à Gand

De Crayer ne reste pas à Anvers. Il s'installe probablement à Bruxelles, où il devient l'apprenti de Raphael Coxie (vers 1540-1616), fils du plus connu Michiel Coxie. Bruxelles était à l'époque la résidence des archiducs Albrecht et Isabella et de l'élite du pays, et l'artiste s'est appliqué à peindre les portraits de ces éminents habitants. A partir de 1635, il devient peintre de la cour des gouverneurs espagnols.

Peu à peu, De Crayer devient surtout connu pour ses impressionnantes compositions religieuses. Il a été sollicité dans tout le pays pour créer des retables et autres peintures dévotionnelles. Et très tôt dans sa carrière, il reçoit des commandes de Gand. Ses œuvres finissent dans les églises, les monastères et la mairie de la ville. Après la Révolution française, plusieurs de ces œuvres ont été incluses dans la collection de ce qui allait devenir le MSK, mais aujourd'hui encore, les De Crayers sont exposés, par exemple, dans l'église Saint-Jacques, la cathédrale Saint-Bavon, l'église Saint-Pierre et l'hôtel de ville.

En 1664, De Crayer s'installe également avec sa femme à Gand. Bien qu'il soit alors déjà très âgé, il continue à travailler pour ses clients religieux gantois. Il continue à vivre à Gand jusqu'à sa mort en 1669, et est enterré dans l'église dominicaine, aujourd'hui disparue, avec une "Résurrection du Christ" de sa propre main au-dessus de sa tombe.

Une pièce pleine de De Crayer

La présentation de la collection "Inextricablement liés. De Crayer and Ghent' a présenté une sélection de l'œuvre de De Crayer dans la grande salle centrale (le forum) du MSK. C'était une excellente occasion d'attirer l'attention sur ce bouchon moins connu de la collection gantoise et de souligner son lien avec Gand.

Parmi les œuvres exposées, on trouve des formats impressionnants aux touches monumentales, comme Le Jugement de Salomon (vers 1620-1622, réalisé pour la salle d'audience du Château des Comtes), et des créations délicates comme Marie à l'Enfant adorée par divers saints (réalisée pour l'église du Grand Béguinage Sainte-Elisabeth) et Le Couronnement de Sainte Rosalie (réalisé pour l'église des Jésuites à Ypres). De son côté, la renommée de Crayer en tant que portraitiste est évidente dans le majestueux portrait de l'évêque Antonius Triest, le plus grand mécène de Gand.