Ga naar inhoud (Enter)
Recherches populaires

Frans Masereel

En mots et images

Exposition
02.04 – 05.06.22

Campagnebeeld Masereel

Il y a cinquante ans, le 3 janvier 1972, le sculpteur sur bois et graphiste Frans Masereel mourait. Après une cérémonie de deuil exceptionnelle au Musée des Beaux-Arts de Gand, son cercueil a été transféré au Campo Santo de Sint-Amandsberg. À l'occasion de ce 50e anniversaire, MSK et Amsab-ISG rendent un chaleureux hommage à Masereel et aux amitiés qui ont jalonné sa prolifique carrière. Chacune d'entre elles puisera dans sa propre collection et se concentrera sur un aspect différent de la vie et de l'œuvre de Masereel.

Le Gantois dans un réseau international

Frans Masereel a grandi dans la classe bourgeoise francophone de Gand, mais il a mené sa vie artistique sur la scène internationale. Avec sa femme Pauline Imhoff, il aimait beaucoup voyager. Le couple a vécu à Paris, Genève et Nice, entre autres, et au cours de leurs voyages, Masereel a noué des amitiés étroites avec des écrivains et des artistes tels que Henri Guilbeaux, Léon Bazalgette, Romain Rolland, Henry Van de Velde et Stefan Zweig.

Engagement social

L'œuvre de Masereel se caractérise par un engagement artistique dans lequel priment l'engagement social, la justice sociale et la liberté individuelle. Avec ses gravures sur bois, il s'est imposé au début de sa carrière comme le principal illustrateur de plusieurs publications pacifistes, telles que Les Tablettes, La Feuille et Clarté. À peu près à la même époque, il a lancé le roman graphique dans des livres sans texte tels que Mon livre d'heures et La Ville , qui lui valent encore aujourd'hui une renommée internationale. Au cours des plus de 50 années qui ont suivi, il a également construit une œuvre impressionnante de gravures sur bois indépendantes, avec une imagerie qui lui est entièrement propre et qui est toujours très appréciée.

Sous le régime nazi, ses publications ont été interdites en Allemagne. Il produit des pamphlets antinazis et s'enfuit dans le sud de la France en juin 1940. En 1973, il meurt à Avignon à l'âge de 82 ans. Et après une vie de voyages, son dernier souhait était d'être enterré à Gand.

MSK : Masereel en mots et en images

Dans le cadre de la présentation de la collection, le MSK présente une large sélection de la collection de l'artiste, qui compte plus de 700 œuvres. Non seulement la série complète de dessins à la plume et au pinceau pour le livre Mon livre d'heures, datant de 1918, sera exposée pour la première fois. L'hommage complet se concentre sur la totalité de l'œuvre de Masereel, depuis le début des années 1920 avec des gravures sur bois emblématiques comme Le Baiser, en passant par des carnets de croquis rarement montrés des années 1937-1940, jusqu'à l'œuvre graphique tardive entourée d'un fantastique particulier.

Amsab-ISG : L'amitié - Masereel, Bazalgette et Zweig

Amsab-ISG s'intéresse à l'amitié entre Masereel, l'auteur autrichien Stefan Zweig et le traducteur français Léon Bazalgette. A travers divers documents et publications, le lien entre ces hommes est mis en évidence. Cette commémoration est donc l'occasion idéale de mettre en valeur leur collection de chefs-d'œuvre particulièrement précieux : en 2003, en effet, Amsab-ISG a pris livraison d'une collection unique de quelque 300 rondins, près de 400 galvanos et 33 livres de Masereel.