Erich Heckel en Flandre | MSK Gent
Ga naar inhoud (Enter)

Erich Heckel en Flandre

Exposition
12.10.24 – 26.01.25

Erich Heckel, Häuser am Morgen (De Augustijnenrei in Brugge), 1917

Cofondateur du groupe d’artistes Die Brücke, Erich Heckel (1883-1970) est une des figures de proue de l’expressionnisme allemand. Pendant la Première Guerre mondiale, il séjourne en Flandre et tombe en admiration devant les paysages, la mer et les gens qu’il découvre. L’exposition monographique que le MSK lui consacre met en lumière une période méconnue, mais cohérente et très reconnaissable, de la carrière de Heckel. Elle s’intéresse en même temps, dans le contexte historique de l’époque, à la genèse et à l’évolution de l’œuvre de l’artiste entre 1905 et 1918.

L'expressionnisme allemand

Cofondateur du groupe d’artistes Die Brücke, Erich Heckel (1883-1970) est une des figures de proue de l’expressionnisme allemand. Influencés par Van Gogh, Gauguin et Munch, les artistes Heckel, Kirchner et Schmidt-Rottluff développent à partir de 1905 un langage plastique commun fait de couleurs vives et de formes brutes et anguleuses, un langage qui est l’expression de leur mode de vie libre et de leur grande vitalité. Leur art révolutionnaire imprimera sa marque sur l’évolution de la peinture en Allemagne au début du xxe siècle, mais aussi bien au-delà.

L'art en temps de guerre

Pendant la Première Guerre mondiale, Heckel découvre la Flandre. Infirmier travaillant pour la Croix-Rouge, il se rend à Gand, Roulers et Ostende. Dans le train-hôpital, il n’est pas le seul artiste : s’y trouvent également d’autres peintres et écrivains. L’hôpital d’urgence installé dans la gare d’Ostende se transforme bientôt en une véritable colonie d’artistes. Heckel y fait la connaissance de James Ensor et noue une amitié particulière avec son collègue infirmier le jeune poète Ernst Morwitz, dont l’univers littéraire exerce une forte influence sur son travail plastique.

Fasciné par la Flandre

Entre deux obligations, Heckel et ses camarades trouvent le temps de se consacrer à leur art. En tant que dessinateur, Heckel réalise au cours de cette période d’innombrables croquis des lieux où il se rend et des gens qu’il observe. En tant que peintre, il est surtout impressionné par le paysage et la mer, avec leurs amas nuageux spectaculaires. Ses paysages typiquement flamands sont romantiques et expressifs, spirituels et tangibles, nostalgiques et – en ces temps difficiles – surtout porteurs d’espoir.

Une découverte

Le MSK possède un ensemble, petit mais précieux, d’œuvres expressionnistes allemandes, parmi lesquelles une vue de Bruges peinte par Heckel en 1917. L’exposition monographique que le MSK consacre à l’artiste met en lumière une période méconnue, mais cohérente et très reconnaissable, de la carrière de Heckel. Elle s’intéresse en même temps, dans le contexte historique de l’époque, à la genèse et à l’évolution de son œuvre.