collection
Huile sur toile: 101 cm x 61 cm
1995-A

« Squelette regardant des chinoiseries » marque un tournant dans l’œuvre de James Ensor : le peintre lance le motif iconographique du squelette et abandonne la représentation impressionniste de la réalité qu’il pratiquait jusqu’alors. Le tableau nous permet de voir une pièce dans laquelle un personnage japonais (et non chinois, comme le titre le suggère) consulte un livre d’images. Vers 1888, Ensor avait l’habitude de retravailler ses peintures et de leur donner un nouveau contenu fantastique. Pour « Squelette regardant des chinoiseries », l’artiste s’est limité à deux modifications qui ont pourtant changé radicalement le tableau : il a ajouté un crâne en bas à gauche et a donné une tête de mort au personnage assis.