collection
Huile sur toile: 122 cm x 152,5 cm
1950-U

Sous l’influence de l’œuvre de Giorgio De Chirico, Paul Delvaux expérimente avec la perspective et les décors à partir de la moitié des années 1930. Dès cette période, ses œuvres illustrent régulièrement les mêmes motifs: des personnages inexpressifs figés dans des gestes théâtraux, des temples de l’Antiquité classique ou de la Renaissance, une perspective explicite et néanmoins complexe et baignant dans une lumière artificielle. Le décor peint dans des gris avec quelques rares accents de couleur, magnifie l’atmosphère d’une irréalité dont est empreint le tableau L’Escalier. L’ironie, pourtant caractéristique du surréalisme, est absente dans l’œuvre de Delvaux. Son art formel et en quelque sorte impassible, s’apparente plutôt au réalisme magique de l’artiste néerlandais Albert Carel Willink.