collection
olieverfschilderij: 106,7 cm x 131,5 cm
1981-E

A l’instar de son ami Frits Van den Berghe, Gustave De Smet fuit aux Pays-Bas au moment où éclata la Première Guerre mondiale. Jusqu’en 1920, il séjourna successivement à Laren et à Blaricum dans la région de Het Gooi, à l’est d’Amsterdam. Au cours des deux dernières années de ce séjour, De Smet se rendit régulièrement à Amsterdam, où il occupa temporairement une mansarde qu’il utilisa comme atelier. Il y peignit quasi exclusivement des personnages féminins, des natures mortes et les scènes urbaines qu’il découvrait de sa lucarne. C’est là aussi qu’il peignit L’Eglise à coupole verte à Amsterdam, une oeuvre expressionniste de l’artiste qui est considérée comme l’une des plus matures datant de cette période. L’interprétation dynamique du paysage urbain présente des analogies avec l’expressionnisme allemand et le cubisme français. Durant sa période hollandaise, Gustave De Smet n’utilisa que rarement une palette lumineuse. Il s’exprima plus volontiers avec l’harmonie chaleureuse des couleurs automnales ainsi qu’avec des noirs, des traits larges et une matière épaisse.