collection
246 cm x 346,5 cm
S-18

Deux femmes demandèrent à Salomon, Roi des Juifs, de trancher un différend les opposant. Elles venaient toutes deux d’avoir mis au monde un enfant, et l’une d’elle, dans son sommeil, avait involontairement étouffé son bébé. Lorsqu’elle s’en aperçut, elle échangea le nourrisson mort avec celui de l’autre femme. Les deux femmes se disputant la garde de l’enfant vivant, Salomon proposa de le couper en deux et d’en donner à chacune une moitié. L’une des femmes accepta mais l'autre implora le Roi de ne pas tuer l’enfant et déclara qu'elle préférait le céder à l’autre femme plutôt que de le voir mourir. C’est ainsi que Salomon reconnut la vraie mère, et il lui rendit le nourrisson. Faisant preuve d’une extrême sagesse, le jugement de Salomon s’imposa comme une notion et devint le synonyme d’un jugement équitable et sage. C’est pourquoi les peintures illustrant ce thème se trouvent souvent dans des salles d’audience. La sagesse de Salomon doit inciter les juges à émettre un jugement sage et convaincre les accusés de l’équité du droit. Cette peinture de Gaspar de Crayer provient de l’ancienne salle d’audience du Vieux-Bourg du Château des Comtes de Gand qui fait office de tribunal jusqu’à la fin du XVIIIe siècle.