collection
Huile sur toile: 222,3 cm x 156 cm
1829-C

Fanny Paelinck-Horgnies est l'épouse et l'élève du peintre Joseph Paelinck. Elle peint surtout des tableaux historiques, des représentations religieuses et des scènes de genre, mais, peu à peu, elle se consacrera davantage aux sujets romantiques. Elle représente ici sainte Cécile, une des martyres romaines les plus populaires du IIe siècle. D'après la légende, elle fut contrainte au mariage avec Valérien, mais elle le convainquit de préserver sa virginité. Valérien imposa toutefois comme condition de voir l'ange qui veillait sur sa virginité. Lorsque l'ange se montra, Valérien et Tiburte, le frère de Cécile, se firent baptiser par le pape, saint Urbain. Mais leur conversion condamna le trio au martyre. Depuis le Bas Moyen-Âge, Cécile est la patronne de la musique. Elle est généralement représentée avec un luth. Ici, elle joue de la harpe, qui fait son entrée mondaine au tournant du XVIIIe siècle. Par son thème, la méthode lisse, la composition statique et la lumière égale, cette œuvre est un excellent exemple de peinture néoclassique.