collection
49,9 cm x 65 cm
1970-F

Outre ses autoportraits, Léon Spilliaert réalise un remarquable ensemble de scènes intérieures. Dans ces œuvres se reconnaissent des objets que l'artiste intégre également dans ses autoportraits. Deux novembre (Intérieur), datant de 1908, rappelle un autoportrait réalisé la même année (collection privée). Dans les deux œuvres, l'almanach accroché au mur affiche le chiffre deux, ce qui nous autorise à penser qu'elles ont été faites pratiquement en même temps. L'intérieur sévère et froid de Deux novembre (Intérieur) respire une atmosphère d'immobilité que l'on peut associer au Jour des Morts. Spilliaert y intégre un miroir, un motif qu'il utilise à plusieurs reprises et qui symbolise l'auto-observation.