collection
150,6 cm x 120,8 cm
1979-J

La misère des émigrants et des mendiants constitue le thème de prédilection d’Eugène Laermans. Mais ses autres thèmes champêtres dégagent, eux aussi, une atmosphère de morosité. Dans la vision de l’artiste, même une scène frivole montrant des baigneuses, par exemple, prend un caractère grave, quasi rituel. De par leur forme massive et l’utilisation de contours très prononcés, les personnages acquièrent, sous le pinceau de l’artiste, une dimension archétypique. Laermans réalisera plusieurs versions du tableau Baigneuses, dont deux élaborées en largeur. A l’origine, la peinture que nous voyons ici fut, elle aussi, conçue comme une composition en largeur: dans la partie inférieure droite, nous apercevons encore le dos d’un personnage assis qui a été repeint et révèle le format d’origine. La toile du musée de Gand accentue la monumentalité des personnages au détriment du paysage. Le sujet de la femme nue vue de dos est emprunté à une toile de Jacob Jordaens, L’Allégorie de la fécondité (MRBAB, Bruxelles).