collection
Huile sur toile: 435 cm x 382 cm
S-75

En 1627, l’administration communale de Gand commande cette peinture monumentale au peintre anversois Theodoor Rombouts. Elle est destinée à la maison échevinale des Parchons. Comparable à notre tribunal de paix actuel, le banc des Echevins des Parchons est également compétent pour l’enfance orpheline. Les personnages de cette allégorie chantent les louanges des donneurs d’ordre et de la ville de Gand. La Vierge de Gand trône dans la partie supérieure, avec, à ses pieds, le lion gantois. Cinq orphelins sont assis près d’elle et quatre juges siègent sur chaque escalier. Ils symbolisent le banc échevinal. Les femmes au centre représentent trois vertus. La Force étreint une colonne, la Sagesse écrit en tenant une loupe à la main et la Modération met de l’eau dans le vin. Les soldats à l’avant-plan gauche doivent faire régner l’ordre. A droite, nous voyons l’Escaut représenté comme un homme nu avec une corne d’abondance et une cruche d’eau. La femme à sa droite, avec le dragon crachant de l’eau, est la personnification de la Lys, le second cours d’eau auquel Gand doit sa prospérité.