Une vingtaine d’œuvres d’avant-gardistes russes exposées au Musée des Beaux-Arts de Gand (MSK Gent) font couler beaucoup d’encre depuis quelques jours. Un doute plane sur l’authenticité de la collection qui est la propriété d’Igor et Olga Toporovski. Le ministre flamand de la Culture Sven Gatz, la ville de Gand et le MSK veulent faire toute la clarté sur cette affaire. Ils créent donc une commission d’experts chargée de vérifier l’authenticité d’une série d’œuvres.

Une lettre ouverte, signée par 10 négociants en œuvres d’art, a été envoyée le 15 janvier aux médias. Les signataires mettent en doute l’authenticité des œuvres d’art russes appartenant à la Fondation Dieleghem qui sont exposées au MSK.

Le MSK Gent a pourtant bien suivi la procédure habituelle pour les œuvres qui lui sont prêtées. Le musée a mené une étude historique et comparative approfondie des œuvres. Il a également recueilli l’avis de quelques historiens de l’art experts internationaux. Puisqu’il s’agit d’un prêt, il n’y a pas eu d’étude matérielle technique. Le musée évalue les œuvres qui lui sont prêtées sur la base d’informations confidentielles fournies par le prêteur concernant l’authenticité et sur la base d’un certificat d’origine.

Le MSK a également mené un dialogue approfondi avec la Fondation Dieleghem et a reçu des informations concernant la provenance des œuvres. Les dossiers de documentation et les descriptions de la Fondation Dieleghem donnent des informations de fond sur l’histoire et l’authenticité de chacune des œuvres. Ils sont minutieusement conservés par la Fondation, qui les met à la disposition d’experts externes en fonction de projets scientifiques. La Fondation Dieleghem a en outre présenté au musée deux certificats d’analyses matérielles techniques effectuées en France. Ils concernent une œuvre de Kandinsky et une œuvre d’Exter.

Dans les musées, un examen préalable en labo n’a lieu que pour les nouvelles acquisitions de très grande valeur et avec l’autorisation du propriétaire. Pour faire toute la clarté sur cette affaire, le ministre flamand de la Culture Sven Gatz, l’échevine de la Culture de la ville de Gand Annelies Storms et la directrice du MSK, Catherine de Zegher, créent aujourd’hui une commission d’experts. Monsieur Toporovski de la Fondation Dieleghem consent à ce que ces examens complémentaires soient effectués, par profond respect pour les trois parties.

Sven Gatz : « Ce n’est pas aux pouvoirs publics de déterminer quelles œuvres doivent être exposées dans un musée. Mais vu les proportions que prend la controverse sur l’authenticité de la collection de Toporovski, il nous semble opportun de clarifier rapidement la situation. La commission d’experts soumettra une série d’œuvres de Toporovski à un examen matériel technique. Je fournirai les moyens nécessaires pour ce faire. »

Annelies Storms : « Le MSK s’est retrouvé sans le vouloir dans l’œil du cyclone, nous espérons que le calme va à présent revenir et que le musée pourra se concentrer à nouveau sur ses missions essentielles. »

Publié le 24.01.18